Timothée FOUQUERAY

Timothée Fouqueray

Poste : Doctorant
Poste détaillé : Doctorant

Équipe : Trajectoires ÉcologiqueS et Société

Coordonnées :
Laboratoire Écologie, Systématique, Évolution
Bât. 360, rue du Doyen André Guinier
91405 Orsay Cedex

Tél :

Fax :

Email : timothee.fouqueray (at) u-psud.fr

Laboratoire Ecologie, Systématique et Evolution

Activités de recherche

Thèse de doctorat – en cours
Thèse de l’école doctorale ABIES en co-direction par Nathalie Frascaria-Lacoste et Michel Trommetter. Financement de l’École Normale Supérieure de Lyon.

2016 – 2019 > Adaptation stratégique au changement climatique, conservation de la biodiversité : comment l’adaptation de la gestion forestière française modifie-t-elle les usages et les trajectoires des écosystèmes forestiers ?

Les forêts françaises sont un cas intéressant de milieux anthropisés aux yeux de l’écologie de la conservation. La longue histoire de leur gestion est aujourd’hui encore en mouvement, du fait de l’intensification attendue des aléas climatiques. Malgré une importante littérature sur les impacts écologiques de ces aléas sur les forêts, aucune étude n’avait à ma connaissance recensé l’impact des stratégies d’adaptations des forestiers (propriétaires privés, publics, gestionnaires, ONF, …) – en tout cas au début de ma thèse en 2016. Or, vue l’envergure de la gestion dans les trajectoires écologiques des forêts, il importe d’en comprendre les évolutions liées à l’adaptation.

(i) Dans un premier temps, j’ai mené une enquête auprès des forestiers afin de savoir si adaptations il y avait, et si oui lesquelles. Les nombreuses adaptations mentionnées étaient pour la plupart en prévision, et non déjà implémentées; la plupart techniques (l’humain intervient sur l’écosystème forestier); la plupart visant le maintien de services écosystémiques productifs (bois en tête).

 

(ii) J’ai alors souhaité explorer si ces résultats étaient liés à un « outillage par la recherche » des forestiers qui était lui aussi focalisé sur des adaptations techniques et sur certains services écosystémiques forestiers (en particulier la production ligneuse). Le milieu forestier français est en effet en étroite interaction avec une recherche scientifique souvent proche de l’application. Dresser un panorama des projets de recherche sur la forêt et le changement climatique que la France avait financés depuis les années 2000 m’a permis de tirer des conclusions convergentes avec celles de l’enquête.

 

(iii) La mise en avant d’adaptations sylvicoles comme le raccourcissement des cycles sylvicoles ou le remplacement d’essences, va à l’encontre de certaines préconisations de l’écologie de la conservation/de l’écologie forestière insistant sur l’importance de la diversification des âges, des mélanges spécifiques et des modes de gestion sylvicole. Par ailleurs, leur efficacité fait encore débat. Le remplacement d’essences, par exemple, pourrait favoriser la résistance à la sécheresse mais pas forcément aux parasites. La variabilité des stations forestières est un facteur d’incertitude, accentuant encore les incertitudes climatiques et socio-économiques. J’ai souhaité savoir comment des forestiers confrontés à la limite de la technique pouvaient élargir leur vision de l’adaptation à des évolutions socio-économiques. Pour cela, j’ai créé, codé et développé un jeu sérieux inspiré de la modélisation d’accompagnement. Dans cet atelier prospectif, des collectifs de forestiers doivent gérer une forêt soumise à un scénario climatique tel que la technique ne suffit plus pour adapter la fourniture de services écosystémiques. Dans ces simulations, je compare les décisions prises à des adaptations socio-économiques existantes. J’évalue aussi la modification du socio-écosystème forestier induite par des innovations de gestion sylvicole, comme par exemple des défiscalisations liées au stockage de carbone.

 

 2017 (premier trimestre) > Adaptation stratégique au changement climatique, conservation de la biodiversité : quels enseignements tirer de la gestion des risques naturels pour l’anticipation des effets du changement climatique ? Étude de cas : la relocalisation stratégique littorale face à la submersion marine.

L’approche développée dans ce projet tient en deux étapes :

  • recueil et analyse a posteriori des adaptations mises en place pour la gestion de risques naturels
  • étude des apports potentiels de ces retours d’expérience pour la restauration écologique de systèmes dunaires ou de prés salés.

Le cas d’étude retenu est celui de la relocalisation stratégique. Les changements climatiques risquent d’augmenter l’intensité et la fréquence des épisodes de submersion marine, en lien avec l’érosion littorale. Une des stratégies d’adaptation propose de relocaliser en rétro-littoral les usages les plus menacés (habitations, infrastructures, …). L’étude du doctorat se focalise particulièrement sur les choix de réinvestir en usages légers, temporaires et mobilisables des espaces ainsi libérés. Quelles sont les options existantes ou possibles ? Quelles en sont les conséquences socio-économiques et environnementales ?


Projet Act-Lab du LabEx BASC

2016 + > Adaptation aux changements climatiques liée à la biodiversité : stratégie territoriale des structures environnementales régionales.

Ce projet de recherche interdisciplinaire a pour objectif général de cartographier des vulnérabilités climatiques et de comparer différentes stratégies d’actions à mettre en place permettant de mieux gérer un avenir climatique incertain. L’approche se fonde sur une diversité de disciplines différentes et d’acteurs de terrain, en vue de coupler sciences du vivant, sciences sociales et expertise locale. Afin de disposer d’une bonne disponibilité de données permettant la comparaison, et d’une connaissance du terrain, nous proposons les parcs naturels régionaux comme zones d’études privilégiées. Plus concrètement, l’objectif se décline en trois parties :

i) Le premier objectif est de créer un fond de données suffisantes pour établir des diagnostics territoriaux correspondant aux capitaux environnementaux, économiques, humains, sociaux et techn(olog)iques directement liés à l’usage de la biodiversité. Ces diagnostics permettront, grâce à des modèles climatiques locaux, de détecter des zones de vulnérabilité des capitaux d’un territoire liés à la biodiversité.
ii) Le deuxième objectif est de mettre en place, avec les acteurs du territoire dans leur diversité, une ou des stratégie(s) d’adaptation pertinente du territoire au changement climatique, basée(s) sur le diagnostic précédent. Plus précisément, des ateliers de modélisation de l’accompagnement faciliteront la construction collective de solutions fondées sur la nature.
iii) Le troisième objectif, méthodologique et transversal, consiste à mettre en place un réseau d’acteurs en recherche-action pour la collecte et l’analyse de ces données. L’interdisciplinarité sera ici à la croisée de l’écologie, de l’économie écologique et pourra faire intervenir des sciences sociales. Le collectif permettra de partager des expériences et des données pour co-construire des scénarios prospectifs communs. Ces scénarios serviront de pistes de recherches et d’actions concrètes destinées à être ultérieurement testées. Ce collectif sera aussi un lieu d’échange et de transmission des savoirs et méthodes.

Cette étude s’insère dans le cadre des appels à projets Émergence du laboratoire d’excellence Biodiversité, Agroécosystèmes, Société, Climat. Elle mobilise de front les sciences écologiques avec Nathalie Frascaria (laboratoire ESE), les sciences économiques avec Michel Trommetter (laboratoire GAEL, Grenoble) et Harold Levrel (CIRED) ainsi que la sociologie et la géographie avec Agnès Fortier (SAD-APT).

Laboratoire Ecologie, Systématique et Evolution

Parcours

Formation

2015- 2016 > Certificat de spécialité Sciences Politiques, Écologie, Stratégie (SPES), AgroParisTech.

  • Formation théorique (6 mois) : Sciences politiques de l’environnement, ingénierie écologique, gestion patrimoniale et stratégie
    d’actions en univers complexe.
  • Application pratique (6 mois, en cours) : Mise en place d’une méthodologie de mise en évidence des liens entre biodiversité et capitaux écologiques, humains, sociaux, économiques et techniques d’un territoire.

2014- 2015 > Master 2 Biosciences de l’École Normale Supérieure de Lyon, mention bien. Biodiversité et ressources biologiques.

  • Projet de recherche (4 mois) : BIODIVERSITIES AFFECT THE INVASIBILITY OF HUMAN-INTRODUCED SPECIES IN GRASSLANDS COMMUNITIES. Van Kleunen’s Laboratory, Universität Konstanz, Allemagne.
  • Projet de recherche (4 mois) : FISHING DEEP THE TREE OF LIFE. Approche bioanthropique des impacts mondiaux de la pêche sur la vulnérabilité des poissons des récifs coralliens. ECOSYM-MARBEC, Montpellier. Article en cours de publication.

2012 – 2013 > Master 1 Biosciences de l’École Normale Supérieure de Lyon. Écologie, statistiques, adaptation, bioéthique.

  • Projet de recherche (5 mois) : MATERNAL EFFECTS ON ANOGENITAL DISTANCE IN A WILD MARMOT POPULATION. Publication d’un article scientifique éponyme dans PLoS ONE. University of California, Los Angeles – Colorado, USA.
  • Diplôme de l’École Normale Supérieure de Lyon. Cours d’économie générale et de cartographie (QGis).

2011- 2012 > Licence de biologie à l’École Normale Supérieure de Lyon. Langage computationnel R.

2009 – 2011 > Classe préparatoire BCPST, Tours. Équivalence en 2ème année de licence de biologie et géologie.


Expérience professionelle

2019 > Organisation du colloque « Thèse interdisciplinaire cherche avenir professionnel »

2018 > Encadrement de stage

  • Mars – août : Émile Huguet, École Polytechnique, SPES Agroparistech, « Calibration des paramètres climatiques, sociaux et économiques d’un jeu de rôles sur l’adaptation des forêts françaises aux changements climatiques. »
  • Septembre – février 2019 : Lucile Génin, Sciences-Po Paris, « Innovations organisationnelles de la gestion sylvicole. Le cas de la compensation carbone volontaire, une opportunité pour les forestiers publics et privés ? »

2017 > Encadrement de stages

  • Mars – août : Antoine Charpentier, M2 Bioterre – Paris 1 Panthéon La Sorbonne, « Les changements climatiques dans l’évolution des pratiques forestières : analyse croisée des pratiques d’adaptation du massif landais et du massif vosgien ».
  • Mars – mai : Victoria Soubeiran, M1 BEE Paris-Sud, « Les solutions fondées sur la nature : promouvoir une vision utilitariste de la biodiversité permet-il de favoriser des projets d’ingénierie écologique ? »

2017, 2018 & 2019 > Coordination du module CLIMAT de la formation Sciences Politiques, Écologie, Stratégie – AgroParisTech

  • Parcours d’enseignement réparti sur 7 séances.

2013 –2014 > Projets de compréhension de l’implication des scientifiques dans la société (année de césure)

  • Laboratoire de Gestion des Écosystèmes et Environnements Forestiers Tropicaux (3 mois) : ANALYSE DE L’EVOLUTION DES STRATEGIES DE
    CONSERVATION DE L’ENVIRONNEMENT DES ONG EN AMAZONIE BRESILIENNE. Montpellier.
  • Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité (3 mois) : APPEL A EXPERTS (ECOLOGIE, ECONOMIE, SOCIOLOGIE) POUR LE COMPTE DU SECRETAIRE SCIENTIFIQUE DU COMITE FRANÇAIS DE LA PLATEFORME INTERGOUVERNEMENTALE SCIENCES-POLITIQUES POUR LA BIODIVERSITE ET LES SERVICES ÉCOSYSTEMIQUES. Paris.
  • Bureau d’études Biotope (3 mois) : EVALUATION ENVIRONNEMENTALE ET ETUDES D’IMPACTS (PAS DE TIR D’ARIANE 6, STATION SPATIALE DE KOUROU ; FLEUVE APPROUAGUE ; MINE D’OR DE CITRON). Cayenne, Guyane française.

2014 (9 mois) > Coordinateur d’un groupe de réflexion d’élèves des Écoles Normales Supérieures intéressés par les thématiques environnementales, en lien avec le Ministère des Affaires Étrangères.

Laboratoire Ecologie, Systématique et Evolution

Publications

Articles dans des revues à comité de lecture

Fouqueray T, Trommetter M, Frascaria-Lacoste N, 2018. Managed retreat of settlements and infrastructures : Ecological restoration as an opportunity to overcome maladaptive coastal development in France. Restoration Ecology. doi : 10.1111/rec.12836

Feng Y, Fouqueray T, van Kleunen M, 2018. Linking Darwin’s naturalisation hypothesis and Elton’s diversity–invasibility hypothesis in experimental grassland communities. Journal of Ecology. https://doi.org/10.1111/1365-2745.13061

Bertrand, F., Fouqueray, T., 2017. Un Parc Naturel Régional en apprentissage? : enseignements d’une démarche d’adaptation aux changements climatiques des actions en faveur de la biodiversité, Norois. Environnement, aménagement, société, 245, 47–61. doi : 10.4000/norois.6224.

Fouqueray, T. D., Blumstein, D. T., Monclús, R., Martin, J. G. A., 2014. Maternal Effects on Anogenital Distance in a Wild Marmot Population, PLOS ONE, 9, 3, e92718. doi : 10.1371/journal.pone.0092718.

Chapitres d’ouvrage

Fouqueray T, Charpentier A, Trommetter M, Frascaria-Lacoste N, 2018. Is Adaptation to Climate Change Threatening Forest Biodiversity? A Comparative and Interdisciplinary Study Case of Two French Forests, in Handbook of Climate Change and Biodiversity. https://doi.org/10.1007/978-3-319-98681-4

Interventions

Janvier 2019 – Jardin des sciences de l’Université de Strasbourg, Strasbourg, France.

Avril 2018 – World Symposium on Climate Change and Biodiversity, Manchester, UK.

Janvier 2018 – GIP Ecofor, Paris, France.

Octobre 2017 – Présentation de fin de première année à l’université Laval, Québec, Canada.